Des solutions de financement novatrices facilitent le passage à une économie nette zéro dans le Grand Nord.

La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques de 2021, la COP26, a souligné le rôle du secteur privé dans l’adoption de mesures urgentes pour inverser l’impact du réchauffement de la planète. Au Canada, les entreprises mettent davantage l’accent sur les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans le cadre de la transition plus large du pays vers une économie à faible émission de carbone.

« Le passage à un avenir durable dépend de l’engagement des entreprises à atteindre des objectifs clairs et ambitieux pour lutter contre le changement climatique », a déclaré Sonja Volpe, présidente et cheffe de la direction de BNP Paribas Canada. Pour accélérer leurs ambitions en matière de durabilité, les entreprises explorent de plus en plus des solutions financières telles que les obligations liées à la durabilité (SLB) et les prêts liés à la durabilité (SLL) qui utilisent des indicateurs de performance clés (KPI) pour mesurer les progrès d’une entreprise vers l’atteinte de ses objectifs ESG.

Au Canada, cette approche se reflète dans deux secteurs où le pays est traditionnellement un leader mondial : l’énergie et les métaux ainsi que les mines.

Les centrales d’énergie renouvelable

Au cours des dernières décennies, le secteur canadien de l’énergie a connu une transition graduelle, passant des producteurs d’énergie indépendants nationaux à base de chaleur aux développeurs, propriétaires et exploitants mondiaux d’actifs renouvelables.

La société torontoise Brookfield Renewable, qui exploite l’une des plus grandes plateformes d’énergie renouvelable cotées en bourse à l’échelle mondiale, a élargi son portefeuille en 2021 avec l’acquisition du parc éolien Shepherds Flat de 845 MW en Oregon. Ce parc, qui est l’un des plus grands parcs éoliens terrestres au monde, prévoit d’augmenter la production totale de Shepherds Flat d’environ 25 % grâce à une nouvelle alimentation en énergie utilisant une technologie de turbine améliorée. Avec un contrat d’achat d’électricité en place avec un service public de la côte ouest des États-Unis, le parc éolien joue un rôle dans l’effort visant à atteindre un niveau net zéro.

BNP Paribas a soutenu le financement du projet de modernisation de la centrale de Shepherds Flat, ainsi que le refinancement en deux tranches de 512 millions d’euros de deux centrales solaires européennes à concentration – Extresol 3 et Serrezuela Solar II, qui sont situées dans la péninsule ibérique, qui sont également dotées d’une capacité de stockage et d’une capacité totale de 100 MW.

Ensemble, ces ententes de financement soutiennent Brookfield alors qu’elle poursuit l’expansion de son portefeuille d’énergie renouvelable. Ce qui comprend des installations hydroélectriques, éoliennes, solaires et de stockage en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Europe et en Asie. Cela consolide davantage son rôle de chef de file dans la décarbonisation de la production d’électricité mondiale. Brookfield Renewable a également renouvelé et prolongé ses facilités de crédit renouvelables d’entreprise de 1,975 milliard de dollars américains, en les convertissant entièrement en facilités liées à la durabilité. BNP Paribas a été la première banque à mettre en place une telle structure avec Brookfield Renewable il y a plus de deux ans, en tant qu’agent de structuration du développement durable.

Acteurs puissants

D’autres participants ont également accéléré le rythme. La société torontoise Northland Power Inc. (NPI) est l’une de ces entreprises. Elle se concentre sur le développement, la construction et l’exploitation de parcs éoliens en mer, ainsi que sur les actifs renouvelables éoliens et solaires terrestres en Amérique du Nord, en Asie, en Europe et en Amérique latine.

Tout récemment, NPI a renouvelé et étendu sa facilité de crédit renouvelable (FCR) de 1 milliard de dollars canadiens à une structure SLL qui s’aligne sur son nouveau cadre ESG, dévoilé au cours du premier semestre 2021. Le RCF de cinq ans comporte une paire d’indicateurs clés de performance avec des objectifs liés à l’augmentation de la production d’énergie renouvelable de NPI et à la réduction des émissions de carbone. BNP Paribas a agi en tant que co-coordinateur du développement durable sur la SLL. Le cadre ESG comprend également des engagements sociaux forts, tels que l’amélioration des normes de bien-être personnel au nom de ses employés, entrepreneurs et autres parties prenantes, en développant des programmes

L’exploitation minière au service du progrès

Les entreprises métallurgiques et minières jouent également un rôle important dans la transition vers la production d’énergie renouvelable. L’impact du secteur va de l’électrification des appareils miniers à la fourniture de composants essentiels pour les véhicules électrifiés et d’autres alternatives.

La société Teck Resources Limited, basée à Vancouver et leader dans le domaine des ressources diversifiées, avec des intérêts dans la sidérurgie, le charbon, le cuivre, le zinc et l’énergie, s’est fixée comme objectif à long terme d’être neutre en carbone dans toutes ses opérations et activités d’ici 2050. Afin d’accélérer ses progrès, Teck a récemment obtenu une facilité de crédit de premier rang non garantie liée à la durabilité de 4 milliards de dollars américains sur cinq ans, la première transaction de ce type pour le secteur minier canadien et seulement la deuxième en Amérique du Nord. La SLL intègre des ajustements de prix basés sur le développement durable et centrés sur trois indicateurs clés de performance (KPI) : une réduction de l’intensité des gaz à effet de serre, une plus grande diversité sur le lieu de travail et une amélioration des normes de santé et de sécurité d’ici 2025. BNP Paribas a agi en tant que co-agent de structuration du développement durable sur le SLL.

Une occasion unique

En utilisant des solutions de financement novatrices comme les SLB et les SLL, les entreprises canadiennes ont une occasion unique d’être à l’avant-garde de l’économie décarbonée et de favoriser une société plus diversifiée et inclusive.

Comme le souligne Madame Volpe de BNP Paribas : « Le secteur financier doit reconnaître à la fois l’urgence et l’opportunité d’atteindre une économie nette zéro d’ici 2050. Si nous n’accompagnons pas les entreprises dans leur transition, il sera impossible d’atteindre nos objectifs communs.